20 septembre 2009

Château de la Bourdaisière - 11ème festival de la tomate (I)

Je n’aime pas les tomates mais j’aime mon amoureux qui aime les tomates.
Je n’aime pas les tomates mais j’aime la nature.
Rassurez-vous, je ne vais pas tenter un syllogisme aristotélicien, non,non, non.
Cette petite introduction histoire de vous expliquer comment j’ai atterri le week-end passé au 11ème festival de la tomate !
Bon, d’un autre côté, j’aurai tout aussi bien pu accuser Marie qui en avait parlé dans un de ces billets.
L’idée paraissait tentante pour une petite sortie.
Ni une ni deux, j’ai donné les coordonnées à Simone et namoureux a conduit sans savoir ce que nous allions découvrir.
La surprise fut de taille dès l’arrivée avec la découverte du superbe
château de la Bourdaisière surplombant le parc.

Tout autour du château étaient présents des artisans proposant des produits du terroir, des plantes peu communes ou des objets de jardinerie.
Suiviez-moi, on va faire le tour !
Et avec un peu de chance, on va même passer à la télé :)

La couleur "tomate" est donnée dès l’arrivée.

Ici, les objets présentés sont sympas mais malheureusement excessivement chers.

26,90 euros, ça fait cher la bassine !

Nous irons voir les dépendances à la fin du parcours.

Allons tout d’abord jeter un œil devant le château où nous pouvons goûter à diverses confitures de tomate.

Je craque pour la verte (oui, oui, j’ai osé goûter !) mais à 8 euros le pot, je préfère la faire moi-même.

A côté de la table des dégustations, nous découvrons "quelques" variétés de tomates.

Nous contournons le château...

Les meubles en fer forgé me font de l’œil...

Un exposant vend des cucurbitacées rigolotes...

Un autre, des savons bio...

Des cactus...

De bonnes choses...

Des petits légumes en terre cuite pour décorer la table...

Et un peu partout des fleurs...

Et encore des fleurs...

Les pépiniéristes proposent également des plantes peu communes comme ce cosmos qui sent le chocolat.

Ou cette lavande papillon...

Nous continuons le tour du château.

Nous arrivons à un stand qui me fait craquer !

Tous les objets me plaisent !

Et les prix sont, pour la plupart, raisonnables.

Malheureusement, la propriétaire ne possède qu’un magasin (qui est en fait une dépendance de sa maison) du côté de Paris.

Elle ouvre certains week-end et sur rendez-vous.

Nous notons l’adresse (http://www.retourauxsources.eu) avec l’idée d’y passer lors d’une remontée vers le plat pays.

Un nouveau stand de tomates nous accueille.

C’est le fournisseur officiel du château.

Grâce à lui, je sais que les tomates vertes utilisées pour la confiture sont des Evergreen mais que l’on peut tout aussi bien utiliser des tomates rouges classique mais pas encore mûres.

Le tour du château étant terminé, nous passons par le parc pour atteindre le niveau supérieur du jardin.
Pour se faire, on évite les oubliettes :)

et on emprunte une porte attribuée à Léonard de Vinci.

La légende raconte que le maître aurait dessiné cette porte lors de son séjour à Amboise, mais cela n’a pas été confirmé par les historiens.

Et on admire les parterres de cyclamens...


-à suivre-

10 commentaires:

http://photo-d-anjou-et-d-ailleurs.over-blog.com/ a dit…

Bonsoir Stéphanie et merci pour ce joli reportage photo. C'est une belle manifestation que je ne connais pas mais qui fera surement l'objet un jour d'une visite. Je pense que cette fête se déroule tous les ans à cette période ? Je vais regarder sur internet pour savoir où ça se trouve exactement. Bises et bonne fin de dimanche.Sylvie

Thierry a dit…

Je ne me déplace guère (jamais, en fait) vers ces festivals botaniques dans lesquels, au prétexte d'un cadre somptueux, le luxe s'affiche sans vergogne jusque dans les tarifs.
Néanmoins, ton reportage est très beau et intéressant à bien des égards.

Stéphanie a dit…

- Sylvie > Pour avoir plus d’infos, il te suffit de cliquer sur le lien "château de la Bourdaisière" c’est fait pour :)
- Thierry > Si le premier stand était excessif dans ses prix, les autres étaient sincèrement très honnêtes. Et vu la suite, que tu découvriras cette semaine, c’était un vrai bonheur pour la palette des peintres alors, une prochaine fois peut-être ?

manue a dit…

très beau reportage, en effet, même si j'ai tiqué sur le cassoulet d'agneau... il s'est perdu pour se retrouver là?? :)

Marie a dit…

Ravie que tu ais aimé.... marrant de savoir qu'on s'est peut être croisées :-) mais t'es vilaine t'aurais pu me faire signe par com, je t'aurais donné mon tél... histoire de pourquoi pas de se parler et partager un verre
;-)
Du coup plus besoin de faire un reportage il est bien mieux chez toi
Bisous

Stéphanie a dit…

- Manue > Tu dis ça parce que ce n’est pas une spécialité de la région ?
- Marie > Tu as raison ! Peut-être une prochaine fois ! Mais il vrai que je n’étais pas certaine d’y aller, je suis tributaire du boulot de namoureux.
Je veux bien un reportage, ou du moins quelques photos, histoire de voir quel regard tu as posé sur cette journée.

Beo a dit…

J'aime beaucoup l'architecture du château qui m'a l'air d'avoir un immense jardin!

Merci pour ces belles découvertes et je n'ai pas de peine à croire que tu aie trouvé tous les objets jolis!

Dur dur de repartir les mains vides!

dieudeschats a dit…

Ah les p'tites jaunes en forme de poires, on en a plantées cette année, mmmmmh !

Stéphanie a dit…

- Beo > Le parc est en effet immense et dégage une agréable sérénité.
Mon porte-monnaie vide m’a permis de repartir facilement les mains vides mais je n’ai pas dit mon dernier mot ! :)
- DDS > J’ai osé goûter… un peu trop surette à mon goût.

dieudeschats a dit…

Ce ne doit pas être la même sorte alors... ou bien c'est à cause du généreux soleil de Belgique que les miennes étaient plus sucrées ;-)