04 juillet 2008

Gueule de calculette

Même si il est vrai que j’aime les fleurs, les chats, mon amoureux et la sérénité, vous l’avez déjà probablement lu ici ou ailleurs : je ne suis paaaas du tout une fille girly.
Non, non, ce n’est pas mon genre, moi, d’aller faire mes courses au Monop et de rentrer avec des baskets roses et le sac assorti… non, non.
Alors quand il est question de maquillage, c’est plutôt "aller à l’essentiel et basta".
Je n’ai jamais mis de fond de teint, d’ailleurs je ne sais même pas comment ça s’applique et si j’ai une boîte quasiment entière de poudre libre dans un tiroir de la salle de bain, j’avais 17 ans quand je l’ai achetée (ah bon ? vous croyez vraiment que je devrais la jeter ?) et ce fut sous les injonctions d’une copine de l’époque qui est, soi-dit en passant, devenue esthéticienne.
Chez moi le maquillage se résume à du mascara et un peu d’ombre à paupière (oui, je l’admets, j’ai quelques couleurs diverses de ce côté-là).
Les crèmes anti-rides, raffermissantes, étirantes, repulpantes et j’en passe, très peu pour moi !
Mais ce n’est pas pour cela que je me moque bien de l’état de ma peau, voilà pourquoi suite à l’apparition d’étranges plaques de petits boutons sur mon minois, j’ai décidé de prendre les choses en mains.
Il y a trois semaines, je suis passée à la pharmacie pour leur présenter mon cas.
J’ai expliqué que, prenant de la cortisone, je me demandais si ce n’était pas un des effets secondaires mais la pharmacienne me répondit que "l’acné c’est gras et puis là c’est tout sec et vous n’avez pas de gros boutons blancs".
Beurk !! Encore heureux !!
Alors comme l’une de mes devises c’est "quand tu ne sais pas, va demander à un spécialiste", j’ai pris rendez-vous chez un dermatologue.
C’était ce matin…
Un gentil monsieur rondouillard en costume-cravate m’a reçu dans son très chic bureau.
Comme c’était ma première visite chez lui, il a rempli une petite fiche, me donnant l’occasion de lui faire un résumé substantiel de mon histoire épidermique.
Parce que si les dieux de l’adolescence m’ont épargné l’acné, par contre les potes eczéma, impétigo, bouton de fièvre et lucite estivale ont été mes invités de temps à autre.
On en vient bien évidement à mon ami Mister Crohn et ses compagnons de route : les médocs. Là, je lui sors toutes les posologies et histoire qu’il n’y passe pas la journée, j’avais déjà surligné les effets secondaires concernant la peau (ben, oui on est organisé ou on ne l’est pas !)
Le premier il connaissait et ne se rapportait "que" à la chute de cheveux.
Le deuxième pareil, il connaissait également.
"Ah oui, ça c’est à cause de lui que vous avez tous ces bleus".

Purée, je suis rentrée rapidos, me suis assise et il a déjà repéré mes jambes de schtroumpfette !
Et le petit dernier…inconnu au bataillon.
"C’est un corticoïde".
"Vous êtes à quelle dose et depuis quand ?"
"9mg par jour, depuis quasiment deux ans".
"Ah oui, tout de même…Bon voyons voir si c’est ça..."
Parce qu’il faut vous dire qu’il y avait aussi l’option "c’est la faute à Mister Crohn" car ce monsieur, en dehors des festivités du bidou, vous offre, en option, des soucis oculaires, cutanés et osseux.
Un coup d’œil rapide sur mon visage…
Verdict…
"C’est bien ce que je pensais… c’est de l’acné causée par la cortisone".
Waaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa !!! P… j’ai dû attendre 33 ans pour me taper de l’acné !!!!
"Je vais vous prescrire trois crèmes différentes".
Super, moi qui ne me tartine jamais…
"Je pourrais aussi vous donner un médicament à prendre par voie orale mais cette catégorie à tendance à jouer sur les intestins".
"Heuu oui, mais non c’est gentil, de ce côté-là je suis servie".
Et prendre ENCORE un médicament ne rajouterait qu’une couche de plus à mon cafard actuel.
J’en profite pour lui montrer deux grains de beauté qui m’ennuient dans le dos.
"Pas de soucis, ils sont nickel…par contre…"
Il me prendre par les épaules et me fait pivoter pour me retrouver face à lui.
Ça y est, je savais qu’il craquerait sur mon décolleté de la mort qui tue et de mon soutif blanc qui souligne mon joli bronzage.
Il pointe le doigt sur le bord de la dentelle.
"Par contre, il faudra me contrôler celui-là. Il est joli comme ça mais voyez-vous il y a deux tous petits grains de beauté plus foncés dedans et ça c’est à surveiller".
S’en est suivi toute une conversation réellement passionnante sur le mélanome (si, si, je vous assure).
Quand on l’entend dire qu’avant il recevait trois patients par mois qui présentaient un mélanome et que sur 5 ans il est passé à 15 par mois… moi, je vous le dit : le soleil n’est pas notre ami !!
Enfin bon, terminons sur une note positive : je n’aurai jamais de problème aux reins.
Rapport au fait que j'ai dû les vendre pour pouvoir payer les crèmes prescrites...

.

7 commentaires:

puccannick ingalls a dit…

Ben dis donc... quelle histoire!
En tout cas je me réjouis pour toi pour tes reins!
Bisous!!

Emma les bons tuyaux a dit…

Prenons les choses dans l'ordre:
- ta poudre libre plus très fraîche: zou! à la poub'! ou sinon tu la vends sur ebay pour t'acheter un SAC!
- pour savoir comment te maquiller, tu fais comme moi, tu passes chez Sephora et tu te fais maquiller gratos en écoutant les conseils qu'on te donne. Tu ressors avec les produits qui te sont adaptés, ok t'en a pour 80 euros mais ça te dure 3 ans.
- pour la peau, il y a les crèmes qu'on te donne mais pour la nettoyer, je te conseille Cleanance de l'Eau Thermale d'Avène, c'est top et pas du tout aggressif.
- quant à tes reins, bin au lieu de vendre ça, moi j'aurais vendu mon gras (au poids) :))

Stéphanie a dit…

Pucca > C’est déjà ça de gagné !:-)

Emma > Na, mais d’abord, je SAIS qu’elle n’est plus fraîche depuis longtemps mais 1-je n’en mets plus 2-elle sent trop bon ! 3-c’est un joli souvenir donc je garde.
(Et puis j’ai pô besoin de sac :-)
Sephora ???!!! Mais tu veux ma mort !! Le plus grand exploit fut quand j’y ai passé 1 heure avec ma petite cousine qui s’arrêtait émerveillée devant chaque petit flacon, j’ai mis un mois à m’en remettre.
Je n’aime pas ce genre de boutique. D’abord c’est irrespirable rapport aux milliers de fragrance qui se mélangent et puis toutes ces gonzesses peinturlurées qui te regardent de haut. Beurk, beurk, beurk.
Et pour finir, et surtout, je n’ai déjà pas 80 euros à dépenser tout court alors pour du maquillage encore moins.
Apprendre à me maquiller ? Mais heuu j’avais l’air d’un clown lors de ma visite ?
Pour la peau, les grands esprits se rencontrent puisque l’une des crèmes c’est Clean-Ac d’Avène et en plus de la crème réellement dédiée au soin de l’acné, j’ai aussi une eau nettoyante : Avoine Rhealba de A-Derma.
Mais merci du conseil ! :-)
Vendre mon gras…ben merci, dit tout de suite que ça déborde de partout ! :-)

emma du gras a dit…

Oh tout de suite - je te dis que moi j'aurais vendu mon gras, pas toi puiske tu as vendu tes reins (faut suivre, un peu!)
Pour Séphora tout est une question de à quel moment tu y vas, et les poufs en sapin de noel tu t'en fous! Disons que le gars t'aide à choisir la nuance du fond de teint, les couleurs adaptées à tes yeux, ce genre de truc que moi je m'en fous un peu mais bon... walakwa...

un neurone et demi a dit…

Rhô la la, quelle tâche... je viens juste de comprendre le titre...

Stéphanie a dit…

Le neurone et demi (c'est déjà ça !) > C'est pô grave, c'est une blague qui traîne dans les cours d'école.
Y'a aussi "t'as pris un abonnement chez Véritas ?" (Mercerie très connue en Belgique qui vend des boutons).
Aaaah la gentillesse des ados entre eux…

speedy80 a dit…

moi pareil que toi, pas de fond de teint. je déteste ça!!!
à la limite de la poudre, dans un tiroir comme toi, lorsque j'ai un rendez-vous pour un travail. mais elle date de moins longtemps que la tienne :)
je mets des fards à paupière, du mascara et un coup de crayon de la même teinte et zou, c'est fini!

pour l'acné, j'en ai une fois par mois… c'est d'un pratique quoi. et ces «bips!» de boutons me font super mal. j'essaie de pas les toucher mais c'est pas évident.

je ne savais pas que certains médics donnaient des boutons. à partir de 25 ans on a tout sauf envie de voir des boutons surgir!!! j'espère que tes crèmes méga chères aident à faire disparaître ces choses.